Papineau-Histoire-Qc.ca
LES PAPINEAU DU QUÉBEC 
                    et d'ailleurs
7.0  septième génération gensept.html

les enfants de Joseph-Victor Papineau et Zélia Anctil

1.- Marie-Louise Papineau, en religion, soeur Saint-Maurice, à La Présentatioon-de-Marie.
2.- Augustin-Jean Papineau
3.- Léonie Papineau Montreuil




2.- AUGUSTIN-JEAN PAPINEAU

Victor Papineau a 69 ans, son petit-fils Jean-Yves (l'auteur) a 2 ans et Augustin-Jean a 43 ans.


 

Baptême de Augustin-Jean Papineau. le 14 juillet 1888 à St-Edmond de Coaticook,
par le curé McCauley. Il était né le 12 juillet à Barnston où il n'y avait pas d'église catholique.

baptême Augustin-Jean Papineau
Il commence ses études à Barnston jusqu'à ce que la famille quitte la ferme en 1895 pour venir s'établir à Montréal.
Il fréquente par la suite le collège d'Arthabaska près de Victoriaville. Il fait partie de l'équipe de balle et aussi de la fanfare où il joue le tuba.
À 16 ans il fait son cours secondaire à l'École Supérieure Le Plateau située dans le Parc Lafontaine.
Ses deux fils seront aussi diplômés de cette école.
Comme il est doué pour les sciences et les mathématiques, on l'inscrit à la nouvelle école de génie, Polytechnique, dont il obtient son diplôme d'ingénieur civil dans la trente-deuxième promotion de 1908-1909 à l'âge inhabituel de 21 ans.

Comme on le trouve trop jeune pour pratiquer le génie, il décide d'aller à Winnipeg, au Manitoba pour obtenir un diplôme d'architecte, qu'il obtient le 2 novembre 1910. Il restera à Saint-Boniface, ville-soeur francophone de Winipeg jusq'en 1919, revenant à Montréal au décès de sa mère.
À Saint-Boniface il fonde un bureau nommé Sénécal et Papineau, architectes, au numéro 47 rue Masson. Ils ont travaillé entre autre à la construction de la cathédrale, dont on lui cachera plus tard l'incendie alors qu'il est hospitalisé.
Il est aussi impliqué dans les vains combats pour maintenir le statut officiel de la langue française au Manitoba à titre de secrétaire de
L'association d'éducation des Canadiens-français du Manitoba.

Au décès de sa mère il est à Montréal, puis on le retrouve à Cornwall, dans l'est ontarien, où encore une fois il est en affaires sous le nom de Bélanger Papineau Limitée, engineers and contractors.Il y résidera au moins jusqu'en 1925 car on a deux photos , le 25 juin devant la résidence de sa fiancée, rue Rigaud, à Montréal, et le 12 juillet à Cornwall en compagnie encore de Pauline Daoust. Dans les deux photos il pavoisedevant une voiture coupé sport de l'époque.
On a aussi sa carte d'affaires au nom de Ciné-Canada, Films et appareils, 1422 rue Visitation, Montréal, A-J. Papineau, gérant.

Le 30 juillet 1927 a lieu son mariage à la cathédrale d'Ottawa où il est dit de la paroisse St-Jacques de Montréal.

PAULINE DAOUST

Elle a seize ans et fait des photos de mode a Ottawa

à 16 ans et à 22 ans, manequin pour des photos de mode à Ottawa

Pauline Daoust est la fille unique de Joseph-Alexandre Daoust et de Marguerite Brunet. Après leur mariage à l'église Notre-Dame de Montréal, ils décident en 1903 d’aller rejoindre d’autres membres de la famille Brunet en Saskatchewan. Pauline nait en route, à Winnipeg au Manitoba.
Ils achètent une terre à North-Battleford, contigüe à la Rivière Saskatchewan, qu’ils cultiveront avec l’aide ¨d’hommes engagés¨. Voir la chronique de ces années faite par Pauline vers 1980 pour les archives provinciales de la Saskatchewan et quelques photos.
Ils revinrent à Hull (aujourd'hui Gatineau) après l’incendie de leur ferme en 1911. La petite histoire veut que l’origine du sinistre soit dû à Marguerite qui avait oublié sur sa cuisinière une jarre de gras servant à faire le savon. À la ferme de sa fille à L’Abord-à-Plouffe, elle disait: faire de la ¨lessie¨. Marguerite Brunet Daoust, appelée familièrement "Maggie", était une patriote qui a fait partie des démonstrations contre l'infâme "Règlement 17" du gouvernement de l'Ontario qui interdisait les écoles publiques francophones. Ces femmes bafouées avaient attaqué les forces policières à coup de leures terrifiantes épingles à chapeau
Quand elle rencontre son futur mari, Pauline pratique le piano et est manequin-modéle pour un grand magasin de mode à Ottawa. 

La famille Daoust est une des familles de pionniers de la Nouvelle-France. Le seul premier ancêtre ayant une descendance, Guillaume Daoust, savait signer. Il venait de Sissonne en Picardie.  C'est un bourg fortifié situé entre Reims et Laon. En 1686, il marie Marie-Madeleine, la seule fille du pionnier Jean Lalonde dit Lespérance,soldat du régiment Carignan-Salières, et de Marie Barbant, une fille du roi née à Dieppe, arrivée en 1666.  Guillaume et Madeleine auront neuf enfants. Voir l'arbre généalogique jusqu'à Pauline.

La famille Brunet  descend aussi d'un pionnier, Pierre Brunet, venu de Dieppe (vue de 1765 par Vernet), meunier de l'évêché de Québec. En 1666, il marie Catheine Cottin dite D'Arras, capitale de l'Artois, une fille du roi arrivée en 1664. Ils auront neuf enfants. Voir l'arbre généalogique.




3.-  Léonie Papineau Montreuil  1893-1979

en 1931 chez son frere, avec son mari Yves Montreuil, notaire a Quebec.

Ils ont alors 10 enfants. Sur cette photo, il y a aussi Pauline Daoust Papineau et deux de ses enfants, Monique et Jean-Yves.

 
 
 
 
 




 

1.- Marie-Louise Papineau 1887-1937

Soeur Saint-Maurice
de la congrégation de La Présentation, enseignant à Saint-Hyacinthe et à Sutton


Marie-Louise en 1902 chez son grand-père Augustin-Cyrille
 
 

Voyage en Europe avec sa famille.
Elle a 24 ans et se destine à la vie religieuse, favorisant l'enseignement ménager et la cuisine.
Voici son carnet de recettes de cuisine, daté 1910 à Lyon, avec quelques dessins. Elle pratique aussi la peinture.
Ses parents voulant mettre à l'épreuve sa vocation religieuse lui font découvrir Rome, Venise, Paris et leur vie mondaine.
Pendant le voyage, elle confectionne son trousseau de postulante et se renseigne sur les arts ménagers qu'elle a l'intention d'enseigner,
suivant ainsi les traces de sa tante Jeanne Anctil.
Voici son carnet de recettes de cuisine commencé à Lyon en 1910 et quelques dessins au dessus d'une recette d'oranges  glacées.


 
 

  SUITE   >>>